Maison hantée en banlieue de Montréal (dernière partie)

 

Résumé

N’ayant rien compris de ce qui venait de se passer chez Francine et Paul, Johanne tente de m’expliquer les non-dits de notre visite, tout en dégustant nos brochettes de poulet.

 

La parole est à Johanne

Déjà, sachant que notre entité masculine détestait les femmes et qu’elle insistait pour avoir la présence de la jeune Laura dans la maison, m’a mis la puce à l’oreille. Francine nous avait raconté que Laura est une jeune fille dans la jeune vingtaine qui a eu une enfance très difficile. Ses deux parents vivaient dans leurs problèmes respectifs et Laura a grandi dans une ambiance de crainte, de peur et d’insécurité. On avait donc devant nous une jeune femme adorable qui chérissait grandement être aussi accepté et aimé par cette nouvelle famille.

 

Être délicate

Je savais pertinemment que Laura était influencée par notre entité au point où elle se laissait dominer par ses ordres. Je ne pouvais pas lui dire crument que je savais que c’était elle qui était à l’origine de tout ces problèmes. Je l’ai clairement compris lorsque j’ai eu la certitude que notre entité avait quittée et que les textos entraient toujours dans les cellulaires des parents. Je devais donc travailler subtilement avec Laura pour lui faire comprendre qu’elle avait des facilités médiumniques et qu’elle était très intelligente. Je me devais de lui faire comprendre que l’entité qui la contrôlait était partie et qu’elle devait se ressaisir et arrêter de croire qu’elle devait continuer l’arnaque. Mon but était de lui faire comprendre que tout ce qu’elle vivait était explicable. Tout cela en évitant de lui faire perdre la place de choix qu’elle avait méritée dans cette famille. Je ne voulais pas détruire la crédibilité de cette jeune femme. Je ne lui voulais aucun mal. Je voulais l’emmener à dire qu’elle comprenait et que tout s’arrêterait.

10 novembre – 24 novembre – 8 décembre

Je comprends

Avec les explications de Johanne, je comprends ce qui s’est passé dans cette maison. Influencée par une entité négative, Laura voulait attirer l’attention des gens qui l’aimaient. Lorsqu’elle était seule dans la maison, elle déplaçait le plus de choses possible. Cependant, elle ne savait pas qu’une entité ne peut pas décrocher un cadre en le déposant gentiment sur un lit de l’autre pièce. Elle ne savait pas qu’une entité ne pouvait pas planter quatre couteaux dans un matelas en ne faisant entrer que légèrement la pointe de chaque couteau pour ne pas trop briser le matelas. Elle ne savait pas que la façon dont était envoyé les textos appartenait à l’humain et non à une entité. Elle ne savait pas que Johanne savait qu’il y avait un site sur le net qui nous donne la possibilité d’envoyer des textos sans que notre adresse courriel ne paraisse nulle part. Bref, lorsque Johanne a fait partir l’entité qui influençait Laura, celle-ci voulait continuer d’attirer l’attention.

 

La semaine suivante

Une semaine passa. Francine me téléphone pour me dire que les textos continuent à entrer dans son cellulaire et celui de son mari. À la demande de Johanne, j’invite Francine et Paul à venir seuls tous les deux au bureau de Johanne.

 

Explication

Nous sommes tous les quatre à discuter des événements et les textos entraient par dizaine. Des textos haineux et menaçants comme : je vais tuer la petite et ce sera de votre faute.

Johanne demande alors de fermer les cellulaires et explique à Francine et Paul ce qui se passe vraiment. Elle explique clairement que tout vient de Laura d’une façon inconsciente, mais sans pour autant la dénigrer. Sans subtilité aucune, le couple devant nous comprend très clairement que Laura a besoin d’attention et d’amour pour cesser ce jeu malsain. Ils décident donc de dire à Laura que la police peut facilement retracer la provenance des textos si une plainte formelle leur est transmise. Paul avisa Laura qu’à partie du lendemain, si les textos continuent à entrer, il ferait une plainte formelle à la police pour trouver le coupable. À partir de cette menace, Francine me confirme que tout s’est arrêté. Plus de textos, plus de désordre dans la maison et elle me confirme que Laura semble très heureuse de l’attention que tout le monde lui porte.

Conclusion

Voilà le genre de problème que Johanne doit résoudre à l’occasion. Je dois cependant préciser qu’elle se fait aider par son guide, les être de lumière et les entités qui lui parlent, pour la guider dans ce qu’elle fait.

 

Robert

 

2 Réponses à “Maison hantée en banlieue de Montréal (dernière partie)”

  1. André Morand

    Très intéressant! J’ai toujours dit que Johanne est un médecin de l’âme mais elle est aussi un Sherlock Holmes.

    Répondre
  2. Gina Gagnon

    Wow quel histoire. Merci de nous avoir partager cette histoire en vous souhaitent une merveilleuse journée.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *